Remi Guerrin


Bandol, 2010 - Copyright Remi Guerrin

Remi Guerrin utilise le sténopé, une boîte en bois équipée d'un châssis 4 x 5 inches qu'il a lui-même réalisée. Elle permet des prises de vue avec ou sans optique (un aimant est alors enlevé, comme les bouchons aux débuts de la photographie, pour laisser entrer la lumière), comme d'autres utiliseraient une chambre classique.
Contrairement à certaines pratiques nostalgiques, Remi Guerrin reste de plain-pied dans son temps, en prise brute et directe avec le réel plus prosaïque : pleinement conscient de leur importance anthropologique et en cela héritier des documentaristes américains, il accepte et intègre dans ses images les signes et les objets manufacturés qui seraient jugés par d'autres “parasites“ : piliers métalliques rouillés, fils électriques, voitures. Et pose souvent sa boîte par terre pour retrouver la hauteur d'un regard plus enfantin qu'adulte, plus relié aussi à l'énergie tellurique originelle du sol. Ancien élève des Sudre, c'est aussi un spécialiste du cyanotype et du tirage au charbon, procédés qui confèrent à ses images miniatures une dimension doucement intemporelle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire